Vivre avec un chien

Comment calmer un chien excité ?

En fonction de son tempérament, un chien peut facilement s’énerver ou s’exciter, notamment au moment de faire une promenade ou de jouer. Cela peut se manifester par des aboiements, des sauts ou le fait de tourner en rond. À la maison ou en sortie, il est nécessaire de canaliser son énergie. Comment calmer un chien ? Y a-t-il des méthodes particulières à adopter ?

Comprendre le comportement de son chien et identifier les causes de son état d’excitation

Contrairement aux idées reçues ou à l’attitude qu’il peut présenter, un chien surexcité n’est pas forcément joyeux. On peut s’éloigner d’un cadre positif pour remarquer des signes d’anxiété. Il convient alors de bien déterminer l’origine de sa réaction. Cela survient-il quand vous rentrez ou son état se produit-il de manière imprévisible et inopinée ?

Pour cela, il suffit d’observer son animal pour distinguer d’éventuels éléments déclencheurs dus à l’environnement, à son propre comportement ou à des stimuli divers. En cas d’euphorie passagère, il est plus facile de remédier à ce souci. Pour un chien nerveux ou agité, le travail peut nécessiter l’aide d’un spécialiste de l’éducation canine.

Voici quelques symptômes qui peuvent traduire un état de stress ou d’anxiété chez l’animal :

  • une apathie chronique ;
  • des troubles digestifs ;
  • un comportement changeant : destruction d’objets, le fait de tourner en rond… ;
  • un léchage compulsif ;
  • une respiration anormale ;
  • des déplacements récurrents et sans but ;
  • une pelade due à un état de stress avancé.

Que faire pour calmer son chien ?

Il existe plusieurs moyens de calmer un chien. D’où la nécessité de bien cerner son comportement. En règle générale, le propriétaire de l’animal se doit de prendre l’initiative en toutes circonstances. Le fait qu’il soit surexcité peut sous-tendre un manque d’attention. Il est donc préférable d’anticiper son besoin d’affection et ne pas attendre qu’il vienne réclamer une caresse, une sortie ou même une séance de jeu.

Si le chien est très excité, il est recommandé de ne pas l’encourager. Dans ces circonstances, lui porter de l’attention revient à approuver son comportement. Il risque de répéter cette réaction pour une demande d’affection ou d’autres besoins, comme la nourriture. La méthode préconisée est de l’ignorer. Il ne faut pas lui parler, ne pas le toucher, ni même le regarder.

Le syndrome HSHA (hypersensibilité, hyperactivité) : une fatalité ?

Comment calmer un chien ? Ce problème est récurrent chez les petits chiens nerveux. Son comportement peut découler d’une hyperactivité, voire d’une hypersensibilité. Parfois connus sous le terme de syndrome HSHA, ces symptômes se manifestent essentiellement lorsque le chiot est privé de la présence de sa mère à partir de sa troisième ou quatrième semaine.

Il est essentiel de se montrer assidu, persévérant et cohérent pour recadrer les réactions d’un chien agité. Certains cas peuvent nécessiter plusieurs semaines de travail. Attention à bien impliquer toutes les personnes du foyer en contact avec l’animal. Si un proche contredit les efforts d’éducation consentis, le chien ne comprendra plus rien et sera en perte de repères.

Se servir des bases de l’éducation pour canaliser son chien

Comme évoqué précédemment, calmer un chien hyperactif ou nerveux peut s’intégrer dans les bases éducatives de l’animal. Pour cela, plusieurs points sont à aborder :

  • familiariser l’animal avec des ordres simples à assimiler : ne pas bouger, retourner au panier, aller au pied de son maître lors des promenades…
  • instaurer un système de récompenses en fonction du comportement attendu par le maître : cela ne doit pas être récurrent, mais constitue un bon moyen pour faciliter l’éducation dans certains cas de figure. Avant la sortie ou le retour à la maison, par exemple.
  • s’adonner à des jeux pour l’éduquer et le dépenser : proposer des règles simples peut induire un comportement souhaité. Ce type d’activité est également essentiel pour l’aider à se maîtriser lui-même, notamment lors d’une situation (échec du jeu) qui l’amène à ressentir un sentiment de frustration.

Chacune de ces étapes renforce aussi la relation maître/animal tout en imposant son rôle d’autorité.

L’importance d’une routine quotidienne et de certaines activités avec son animal de compagnie

Pour éviter d’avoir à calmer un chien énervé, organiser des activités et instaurer une « routine » quotidienne reste essentiel. Même si l’on possède un jardin ou une terrasse, il est conseillé de sortir son animal au moins 30 minutes par jour. C’est aussi l’occasion de le stimuler avec des odeurs familières ou nouvelles selon le parcours réalisé.

L’aromathérapie pour calmer un chien anxieux ou nerveux

À noter que certains effluves sont réputés pour avoir des vertus tranquillisantes pour les canidés. C’est le cas de la lavande. À domicile, il est possible de prévoir des huiles essentielles pour le calmer. Celles-ci peuvent être à base de marjolaine à coquilles, de ravintsara, de verveine ou encore de camomille romaine. L’épinette noire peut apaiser un chien énervé le soir et favoriser son endormissement par une solution naturelle et bienfaisante.